iceland_waterfall

Des mois riches en douceur et en amertume

Au mois de février, je vous avouais mon envie de revenir doucement partager avec vous mes tribulations sur cette petite bulle d’oxygène qu’est mon blog. En février, je venais de passer le plus gros de mon premier semestre de Master. Mes travaux rendus, mes examens passés, les petites blessures de ma dernière déception sentimentale pansés, j’étais prête à me lancer dans différents projets dont reprendre le blog.

Cependant, comme vous l’avez probablement remarqué, à part quelques posts sur les réseaux sociaux, ma présence virtuelle a été plutôt discrète voire inexistante par moment. 2018 a été une année à la fois extrêmement difficile et magnifique. Dans tous les cas, elle a été un challenge auquel je n’étais pas préparée.

MES ETUDES

La personne naïve que j’étais imaginais avoir le temps de respirer après avoir survécu à mon premier semestre. La blague. Le deuxième semestre a été parsemé de travaux de groupe avec une composition qui était loin d’être idéale. Rapidement s’est enchainé les mois de préparation pour mon mémoire et les présentations qui vont avec. J’ai adoré travailler avec mon client, mais à cause de quelques petits soucis internes, le projet a dû changer plusieurs fois de forme. Cette course contre la montre a duré tout l’été, mon efficacité significativement diminuée par mon état mental durant cette période. Finalement, fin octobre 2018 j’ai été diplômé de mon Master en Relations Publiques et Communication Multimedia de Southampton Solent Univeristy.

 

DES PETITS ET GRANDS DEUILS

Fin juin, j’ai perdu ma mamie. C’est la vie. Elle était âgée, elle a eu la chance de voir grandir ses enfants, ses petits-enfants et ses arrières petits-enfants. Cependant, cela m’a fortement peiné d’être loin, de ne pas l’avoir vu une dernière fois, de ne pas avoir pu aller à l’enterrement.

Fin septembre, après avoir remis mon mémoire, j’avais hâte de rentrer au Luxembourg pendant une grosse semaine. Hâte de voir mes amis, de célébrer l’anniversaire de ma sœur, de savourer un moment de liberté avant d’entamer la vie d’adulte et entrer dans le monde du travail. J’atterris un jeudi, je suis chez mon frère quand la nouvelle tombe : mon grand-père est en soins palliatifs. Un coup de massue. On nous dit que les semaines sont comptées. Vendredi je me précipite pour aller le voir, quelques heures plus tard il part. Tout s’est passé vite, si vite que j’ai eu l’impression de ne pas avoir pris une bouffée d’air. J’ai eu besoin de partir, de laisser de l’espace aux autres, de prendre de l’espace pour moi-même et je ne remercierais jamais assez mon amie Lysan de m’avoir offert ce lieu de refuge.

Début juin, mon amie et colocataire Franzi est retournée vivre en Allemagne après une année Erasmus à Southampton. Cela vous semble peut-être n’être qu’une très petite épreuve comparée au reste, mais après une année où on a été très proche, cela a été bien difficile de ne pas l’avoir à mes côtés lors de ces mois douloureux.

 

LUI

Ces mois n’ont pas été que difficultés et amertume, bien au contraire. En mai, j’ai décidé que j’étais prête à remettre un orteil dans le monde des rencontres amoureuses. Un soir accompagné d’un verre de vin, j’ouvre Tinder et j’y vois un ancien collègue rencontré durant mon stage avec qui je papote de temps en temps sur Instagram. Je me jette à l’eau. On va boire un verre, puis un deuxième et depuis on ne s’est plus quitté. Seuls les dieux savent où cette histoire me mènera, mais je me sens chanceuse de faire un bout de chemin de vie avec une personne si ouverte, intelligente et patiente.

 

iceland_waterfall

 

Ce long article pour vous dire que les derniers mois ont été bien remplis. Parfois je n’ai pas eu l’envie d’écrire parce que j’étais trop occupée à savourer ces premières semaines d’amour de la « honeymoon phase », parfois j’étais dans un autre pays à découvrir le monde et parfois j’étais enfoncée trop loin dans les recoins de mon deuil. Doucement après cette montagne russe émotionnelle, je retrouve une stabilité mentale et une routine.  Et c’est doucement, après ces mois d’absence,  que j’ai à nouveau envie de  partager avec vous des petits bouts de ma vie.

londonien

2 Comments

  • Theglipstick Amel

    21 décembre 2018 at 9:21

    Ma belle Anaïs j’aime tellement te lire, j’étais toute excitée lorsque j’ai vu que tu publiais de nouveau sur ton blog. Je te souhaite une année un peu moins mouvementée pour 2019 mais surtout beaucoup d’amour de joie et de renouveau ♥️

    Répondre
    • Anaïs

      21 décembre 2018 at 9:46

      Merci ma belle Amel ♥️ Cela faisait tellement longtemps que j’y pensais, le genre de chose dont j’avais envie,mais que je reportais de semaine en semaine. Il y aura en janvier un article plus doux sur 2018 qui se focalisera sur les moments de bonheurs.

      Répondre

Laisser un commentaire