2016_bonheurs

Un stage d’un mois en Alsace

team-funethic

Un stage d’un mois en Alsace

Les billets humeur sont loin d’être ma spécialité, mais de temps en temps j’aime bien partager avec vous un petit bout de ma vie. Aujourd’hui j’avais envie de vous parler de mon stage d’un mois en Alsace.

Certains d’entre vous le savent peut-être, mais il y a deux ans, j’ai décidé de totalement me réorienter. Cette envie était d’abord un petit grain de sable à l’arrière de mes pensées, pour au fûr et à mesure du temps se transformer en tempête de sable. Trouver le courage de l’accepter et puis d’en parler a été une chose bien difficile. Une fois la décision prise, il a fallu que je parte à la recherche de ce que je voulais faire de ma vie, du moins dans un premier temps. J’ai été confronté à la difficulté de faire un choix, en adéquation à mes valeurs et mes envies. Choisir c’est renoncer, mais je pense être sur la bonne voie.

Tout cela pour expliquer que lorsqu’on nous a annoncé en novembre qu’on allait devoir trouver un stage d’un mois pour mars j’étais un peu en panique. J’avais tout d’abord peur de ne pas trouver de stage en si peu de temps, et j’avais encore plus peur de ne pas en trouver d’intéressant. Ma plus grande peur était d’arriver sur un lieu de stage et de me rendre compte que mon futur métier ne me correspondait pas du tout.

J’ai eu la grande chance de me voir proposer un stage dans l’équipe Fun’Ethic. J’ai eu l’occasion de rencontrer Martine et Olaf, les créateurs de la marque, à plusieurs reprises et ce fût à chaque fois un réel plaisir. Pour ce premier stage, j’avais envie de trouver une place dans une petite entreprise. Comme le stage n’était que d’un mois, il me semblait bien plus facile de trouver mes marques dans une petite équipe. J’avais également envie de me voir confier une belle charge de travail, rien de pire que de s’ennuyer, afin d’apprendre un maximum en un minimum de temps. Autant vous dire que Fun’Ethic répondait à tous mes critères, sauf pour la localisation. Même si Fun’Ethic m’a proposé un logement avec mon stage, j’ai décidé d’accepter la proposition de Laura, la chargée de communication de Fun’Ethic, et de vivre en colocation.

Le weekend du 19 avril, j’ai donc laissé mon appartement de Liège, mon ourson et mon chat derrière moi pour rejoindre l’Alsace.

separateur

Le stage

Le stage chez Fun’Ethic a été très enrichissant. Pour la première fois, j’ai été confronté à … moi-même. Pendant mes études, j’ai eu un aperçu de mes forces, de mes qualités, de mes faiblesses et de mes défauts, mais qu’un aperçu. Un stage, c’est un peu comme un microscope qui vous oblige à regarder doucement la vérité en face. Grâce à Martine et Olaf, j’ai eu l’opportunité de me frotter à diverses tâches, certaines plus épineuses que d’autres. J’ai eu beaucoup de travail en autonomie dans un bureau en « open space ». Ce pour quoi je suis le plus reconnaissante, en dehors de l’accueil génial que l’équipe m’a réservé, sont les remarques constructives que j’ai eu tout au long de mon stage et particulièrement lors de mon évaluation de fin de stage.

Envie d’en savoir plus sur mon stage ? C’est par ici.

anais-team-FunEthic

La collocation

Comme je vous l’expliquais plus haut, j’ai décidé d’accepter la proposition de Laura de venir vivre chez elle en colocation pendant un mois et ce fût une très belle expérience. Je ne vais pas vous mentir, vivre en colocation a ses hauts et ses bas, tout simplement parce que vivre à deux n’est pas toujours facile. Chacun vient avec sa vision des choses, son confort, ses habitudes qui ne correspondent pas forcément à celles de l’autre. Même si avec Laura on a eu quelques différents, la très grande majorité du temps a été du pur bonheur. Un mois rempli de gourmandise, de bons petits repas végétariens, de soirées à rire aux éclats et de bons moments !

[metaslider id=4298]

Les choses qui m’ont le plus manquées

  • Mon ourson,
  • Watson, sa douceur, sa tendresse et ses ronrons
  • Le silence. Je suis une personne généralement très active, mes pensées ont tendance à se boucler, pour contrebalancer tout cela, j’ai besoin d’une bonne dose de silence au quotidien ;
  • Mes petits soins. J’ai essayé de partir avec la trousse de soin et de maquillage la plus minimaliste possible. Une huile en guise de crème jour et soir, en guise de démaquillant et huile de finition. Un shampooing. Un savon issu de la saponification à froid en savon corps et nettoyant visage. Un mascara, un anticerne, un baume pour les lèvres, un dentifrice. Une brosse cheveux, un corps et une brosse à dent. Voilà la totalité des choses que j’avais pris avec moi. Autant vous dire que j’avais hâte de retrouver mes masques, mes crèmes et mes rouges à lèvres.
  • Le bruit de la pluie sur mon velux quand je suis bien au chaud dans mon canapé ;
  • Ma collection de thés et de tisanes,
  • Mes amis. Même si deux courageux d’entre eux sont venus me voir en Alsace, ils m’ont beaucoup manqué.

Les plus beaux moments

  • La visite de mes deux amis liégeois ;
  • La découverte d’Eidenheim ;
  • La balade à Colmar ;
  • L’expérience du coiffeur naturel Nature & Style de Turkenheim ;
  • Les soirées vins et fromages devant Scandal ;
  • La soirée à La Quille ;
  • Les retrouvailles avec une ancienne copine dont je vous parlais dans mon article « Petit bonheurs »;
  • Les petits-déjeuners gourmands ;
  • La découverte de Montreux ;
  • Une soirée à discuter entre filles jusqu’au petit matin ;
  • Une soirée à rire aux éclats et à raconter des anecdotes tout en dévorant un fondant au chocolat.

 

Et vous, vous avez un bon souvenir de vos stages ?

La_nana_au_collier_rouge

Laisser un commentaire